RCF07 Foot diversifié : site officiel du club de foot de GUILHERAND GRANGES - footeo

Match de légende

3 mars 2014 - 20:08

La claque catalane, une manita gravé a jamais dans le football mondial. Voici le récit d'une des plus belles démostrations de football total

         

    Le deby le plus attendu de la planète football, la rencontre entre les deux ogres espagnol va virer au cauchemard pour l'un d'entre eux.


    Pourquoi ce clasico était-il le plus attendu depuis plusieurs décenies, voire de l'Histoire. Pour son casting cinq étoiles, à n'en pas douter : au générique cohabitaient les deux entraîneurs les plus titrés de ces dernières années, les deux derniers Ballon d'Or, mais aussi 13 champions du monde, au point d'attirer Eddy Merckx dans les tribunes pour admirer les deux équipes qui cannibalisent la Liga (à cumuler les différences de buts des deux ennemis, on parvient à un démentiel +52 après 12 petites journées). Surtout, il y a José Mourinho, qui dans un souci patriothique Madritiste assouvi par le hasard des tirages au sort de Ligue des champions, s'est transformé en une sorte de modèle de l'anti-barcelonisme. A coups de petites phrases d'assassin , le Special One a cristallisé une haine chez les adeptes blaugranas que seuls des joueurs du Real Madrid pouvaient générer, en particulier les traitres à la patrie catalane (Figo, Laudrup...). Florentino Perez a-t-il pensé autant marketing que résultats quand il a engagé le “Mou” ? Sa présence chez les Merengues transformait, en tout cas, le blockbuster Barça-Real, en phénomène avant même sa sortie. Les compos sont celle ci :


Barcelone:


  V.Valdes
Daniel  Alves               Puyol          Pique       Abidal
       Sergio Busquet
            Xavi                                Iniesta
Pedro                             Messi                    David Villa
 

                                                  Real Madrid :


                                                   Casillas
                           Sergio Ramos     Carvalho    Pepe   Marcelo
                                           Xavi Alonso        Khedira
                        Di maria                    Ozil        Cristiano Ronaldo
                                                    Benzema

Au-delà des rivalités exacerbées ,ce match était surtout attendu pour opposer les deux équipes les plus impressionnantes d'Europe depuis le début de saison.


EL maestro montre la voie

L'entame de la rencontre démontre tout de suite l' emprise totalement barcelonaise, zéro déchet technique, grand variété des offensives, avec notamment un effort évident pour rechercher la profondeur et brouiller ainsi les pistes. Première alerte à la cinquième minute avec une frappe enroulée de Messi qui lobe Casillas et vient embrasser le poteau. Le Real est dépassé collectivement et craque cinq minutes plus tard. Iniesta voit Xavi plonger vers la surface, Marcelo rate complétement son interception et le cerveau du Barça fusille Casillas à bout portant. Apès un contrôle aussi bizarre qu'impressinnant. Désormais aux commandes, le Barça peut s'amuser à jouer au handball. Après 20 passes à déjouer le mauvais pressing madrilène, Xavi renverse vers l'aile gauche et David Villa. El Guaje déborde, son centre tendu échappe aux gants de Casillas, mais pas à Pedro, accouru au centre (2-0, 18e) qui n'as plus qu'a poussé le cuir au fond d'un but vide, Marcelo encore une foie dans les choux. Manifestement agacés devant l'accaparement blaugrana du ballon, les Merengues trop orgueilleux ont perdu toute lucidité et une bonne partie de leurs espoirs après seulement un gros quart d'heure de jeu. Le 4-2-3-1 rodé par Mourinho, qui comptait débrancher Xavi et Iniesta, les véritables cerveaux du jeu barcelonais, mais Alonso et Khedira sont facilement effacés par le positionnement et la justesse technique des deux petits catalans. Le Real s'en remet à des exploits personnels : une frappe de Di Maria (12e), un beau service de Ronaldo pour Benzema, qu'Abidal manque de pousser dans ses filets (14e)... Le meilleur buteur de la Liga entre vraiment dans son match à la 32e :....pour une poussette sur... Guardiola qui tardait à lui rendre le ballon. Énorme cohue avec un Victor Valdes en garde du corps furieux de son entraîneur. Un carton pour le portier et un pour le Portugais. Trois petites minutes plus loin, le Ballon d'or 2008, enfin chaud, est tout près de réduire le score sur un énorme coup-franc légèrement dévié par le mur au ras du poteau de Valdes. Dans une fin de première période plus hachée avec plusieurs accrochages, le Real rééquilibre légèrement les statistiques de possession de balle mais sans mettre en péril la défense barcelonaise. Remodelée et solidifiée par le “Mou”, la Maison Blanche manque encore de vécu commun pour rectifier le tir face à un adversaire qui déjoue son plan de départ. Les Merengues manquent peut-être aussi de vécu tout court : égaré, le jeune Ozil cède ainsi sa place au repos à Lass Diarra. Pour revenir dans le match, Mourinho sait qu'il faut d'abord ne pas sombrer sous les coups de tonnerre balugrana.


Messi et villa en bourreau


    C'est repartis dans ce match, le real ne veux pas couler et pourtant c'est ce que va faire l'équipe malgré son milieu renforcé par l'activité de l'international français. Après plusieurs alertes, Messi offre une passe décisive magistrale à Villa qui ne manque pas son duel face à Casillas (3-0, 55e). Le match est plié et tourne à l'humiliation pour le Real, une nouvelle fois victime de la vision du jeu de Messi et du sens de l'appel de Villa, auteur d'un doublé (4-0, 58e). La dernière demi-heure de calvaire merengue consistera en une collection de cartons jaunes récoltés par des Madrilènes impuissants et agacés. Jusqu'au 5-0 de la honte signé Jeffren dans les arrêts de jeu. La manita la plus célèbre du pays de la sangria. Avec ce résultat, le Barça prend la tête de la Liga et inflige sans doute à Mourinho la plus grosse claque de sa carrière depuis ses premiers sacres internationaux. Mais l'essentiel est ailleurs, dans cette supériorité évidente des Catalans, qui ont joué ce lundi soir comme la meilleure équipe du monde. D'ici d'éventuelles retrouvailles en Coupe d'Europe au printemps, le “Mou” aura-t-il trouvé la solution ? N'est-il pas tout simplement encore trop tôt pour le Real ? Le Barça n'est-il pas tout simplement encore trop fort ? La suite on la connais .....

Commentaires

Staff
vivien el nino martinez
vivien el nino martinez 5 mars 2014 00:15

le football total représente le véritable football, d'ou mon engouement pour le Barça depuis tout petit. Et ce que pep a créer en plus dans se fameux jeu est énorme. En quand je vois se qu'il réalise avec le Bayern je me dit que OUI c'est un grand grand entraineur comme ça a été un grand joueur n'en déplaise a certains. Ce match est une merveille je pourrais le voir dans 10 ans est me dire que se que je voit là est le football parfait.

Staff
mathieu beal
mathieu beal 4 mars 2014 22:46

largement car sur le 5-0 c'est surtout l'aboutissement du travail mis en place par pep . les joueurs jouent une partition sur le terrain rarement vu auparavant . c'est surement l'apogée de la désormais marque légendaire "jeu a la barça" . Et le plus surprenant dans ce match , c'est que meme s'il a été énorme ce soir là , Messi n'a pas marqué !!!!!! Et le barça de cruyff c'est exactement ça !!!!!! C'est une equipe entière qui defend , qui attaque !!!!!!!!!! Cette équipe a révolutionnée le football !! et ce match en est la preuve !!!!!!!

Staff
vivien el nino martinez
vivien el nino martinez 4 mars 2014 21:53

Je crois que celui la surclasse même le 6-2 qu'on avais mis a bernabeu

Staff
mathieu beal
mathieu beal 4 mars 2014 13:23

Un grand recital !!!!!!!!!! Le barça sur ce match là a frisé la perfection footballistique . Une manita a jamais dans la legende du football mondial .

4-2
RCF07 / US Veore Montoison 1 an
RCF07 / US Veore Montoison : résumé du match 1 an
0-2
RCF07 / FC Chabeuil 1 an
RCF07 / FC Chabeuil : résumé du match 1 an
1-1
RCF07 / FLGG 1 an
RCF07 / FLGG et RCF07 / ROMANS : résumés des matchs 1 an
14-1
RCF07 / ROMANS 1 an
tour de cadrage coupe Gateaud et 2 sur 2 1 an
RCF07 : nouveau joueur 1 an
RCF07 / ROMANS 1 an
0-5
RPTS / RCF07 1 an
RPTS / RCF07 : résumé du match 1 an
vivien el nino martinez et Matthieu Bruxelles ont commenté Un départ en fanfare plus de 2 ans
Un départ en fanfare et 1ère journée : RCF07 reçoit Romans plus de 2 ans
19-0
RCF07 / ROMANS plus de 2 ans

CLASS BUTEURS/PASSEURS (CHAMPIONNAT)

BUTEURS :

Vivien Martinez 7 buts

Julien Odrat 6 buts

François Breton 4 buts

Nicolas lefèbvre 2 buts

Mathias Moya 3 buts

Mathieu Bruxelle 1 but

Anthony Exbrayat 1 but

Kevin Collas 1 but

Yassine Korba 1 but

Pierre Emanuel 1 but

Thomas Chave 1 but

Chris Roux 1 but

 

 

Passeurs:

Thomas Chave 7 passes

Vivien Martinez 4 passes

Nicolas Lefèbvre 3 passes

Julien Odrat 1 passe

Mathias Moya 1 passe

François Breton 1 passe

Fabien Becerra 1 passe

Mathieu Bruxelle 1 passe

Kevin Collas 2 passes

David Jaspart 1 passe

Yassine Korba 1 passe

Romain Roux 1 passe