RCF07 Foot diversifié : site officiel du club de foot de GUILHERAND GRANGES - footeo

joueur de légende

7 mars 2014 - 00:34

Un des meilleur joueur que le ballon rond est connu, le n°14 le plus célèbre de l'histoire.

Hendrik Johan Cruijff (Johan Cruijff), né le 25 avril 1947 à Amsterdam aux Pays-Bas, Il se distingue rapidement au sein des sections de jeunes. En 1963, il signe son premier contrat professionnel avec l'Ajax.
  Il est considéré comme l'un des meilleurs joueurs de l'histoire du football aux côtés de Pelé, Garrincha, Maradona, Zinédine Zidane ou encore Di Stéfano. Il fut le premier joueur à remporter trois fois le Ballon d'or. Ce joueur d'exception a marqué les années 1970 par son talent et son charisme au sein d'équipes prestigieuses : l'Ajax Amsterdam et le FC Barcelone. Durant sa carrière, il a remporté 3 Coupes d'Europe des clubs champions d'affilée en 1971, 1972 et 1973 avec l'Ajax et a été finaliste de la Coupe du monde 1974. Il était surnommé le « Hollandais volant », mais aussi le Prince d'Amsterdam lorsqu'il jouait à l'Ajax Amsterdam, mais aussi « El Salvador » (le sauveur en catalan et castillan) et « El flac » ou « El flaco » (le maigre) quand il jouait au FC Barcelone. Et oui Pastore n'est qu'une pale copie :) Il portait le numéro 14 en sélection et en club. Il avait fait ce choix en 1970 après que le numéro 9, qui lui était normalement attribué, eut été pris par Gerrie Mühren alors qu'il était en convalescence après une blessure.


Ses débuts

Le 15 novembre 1964 à l'âge de 17 ans, Cruijff fait ses débuts professionnels contre l'équipe de Groningue, et, malgré la défaite (3-1), il marque un but. Mais c'est surtout lors de la saison suivante que Cruijff se révèle véritablement. Il inscrit un doublé contre l'équipe de Door Wilskracht Sterk, qui l'impose alors comme un titulaire indiscutable de l'équipe, puis son premier triplé contre Telstar, avant que quatre jours plus tard, il n'inscrive un quadruplé en Coupe des Pays-Bas contre le BV Veendam. À la fin de la saison 1965-1966, Cruijff aura inscrit 25 buts en 23 matchs et remporté son premier championnat. Il récidive ensuite la saison suivante, en inscrivant 33 buts et en gagnant sa première Coupe des Pays-Bas. La saison suivante, il remporte une nouvelle fois le championnat. Lors de la saison 1969, l'Ajax fait un parcours remarqué en Coupe des clubs champions (C1) en se hissant en finale contre le Milan AC. Bien que battus 4 à 1, les Hollandais, alors inconnus sur la scène européenne, marquent les esprits par leur jeu offensif et spectaculaire. Ce jeu est le résultat d'un style mis en place par leur entraîneur Rinus Michels et nommé « football total ». Dans ce style de jeu, l'accent est mis sur l'attaque, la circulation du ballon et dans la permutation des postes. Ainsi, les défenseurs, au gré du match, se retrouvent en situation d'attaque, et les attaquants en situation de défense. Dans ce système, la rapidité et l'endurance de Cruijff sont très sollicitées. Il lui arrive de se replier jusqu'à sa zone de défense pour rechercher des ballons. Il devient très rapidement le pion essentiel de ce système. La rapidité était son point fort, il avait la capacité de courir aussi vite avec ou sans ballon, et ses statistiques égalaient celle des meilleurs sprinteurs de l'époque (3,8 secondes sur 30 mètres, départ arrêté). C'est à l'issue de la saison 1971, que Cruijff et l'Ajax vont définitivement imposer le football total à l'Europe. Les Hollandais remportent la Coupe d'Europe des clubs champions contre le Panathinaïkos 2 buts à 0, cette victoire marquant le triomphe du football total de Rinus Michels, et la consécration pour Cruijff qui remporte là le premier titre majeur de son histoire. Même si Rinus Michels quitte l'Ajax en 1972, cela n'empêche pas Cruijff et ses équipiers de rééditer par deux fois leur performance en s'adjugeant, sous la houlette de Stefan Kovacs, la Coupe d'Europe des clubs champions de 1972 face à l'Inter et de 1973 face à la Juventus.


Son époque blaugrana


À l'été 1973, Johan Cruijff est transféré au FC Barcelone pour la somme de 6 millions de florins (soit 2 millions de dollars). Beaucoup de raisons furent invoquées pour expliquer le transfert du Batave de l'Ajax au Barça. L'une d'entre elles était la colère de Cruijff de ne pas être nommé capitaine de l'Ajax. Plus probablement, il s'agirait plutôt pour lui de rentabiliser son talent, le club catalan offrant notamment à Cruijff un salaire très élevé. La venue de Cruijff dès lors considéré comme le « meilleur joueur d'Europe » (il remporte son deuxième Ballon d'Or en 1973) à Barcelone, suscite un grand émoi chez les supporteurs catalans. Il est d'autant plus apprécié qu'il a déclaré avoir préféré signer pour le Barça plutôt que pour le Real Madrid, parce que celui-ci était soutenu par Franco. Cette prise de position va donner à celui que les socios appelleront El Salvador (le Sauveur), une aura incroyable. Le club n'a plus gagné la Liga depuis 1960, et s'apprête à fêter son 75e anniversaire. La pression populaire est énorme : Cruijff est considéré comme le Messie venu redonner au club son lustre d'antan. Tout lui est autorisé, y compris fumer ses Camel sans-filtre à la mi-temps des matchs. Et oui même chez les fous du stade ceci n'est pas possible. L'équipe barcelonaise,est dirigée par Rinus Michels l'entraineur qui la fait explosé au yeux du monde,mais il ne peut pas compter sur sa recrue dès le début de saison, à cause de problèmes politico-administratifs . Cruijff débute donc sous ses nouvelles couleurs le 28 octobre 1973. L'équipe ne perd alors plus aucun match, et est sacrée championne d'Espagne. Point culminant de ce neuvième titre : le 17 février 1974, le FC Barcelone bat le Real Madrid 5-0 au stade Santiago Bernabéu à Madrid. Une des manita les plus célèbre. Cruijff reste cinq saisons, avant de quitter le club en 1978 sur une victoire en coupe du Roi. D'un point de vue sportif, le bilan de son passage au Barça est maigre : 2 titres (malgré également divers saisonnier comme le Tournoi de Palma de Mallorca en 1974 et 1976), mais la passion qui lie le peuple catalan à el flaco va bien au-delà du football. Dans ces années de plomb, le club est une vitrine politique et le stade un lieu de revendication. L'humiliation faite à Madrid, le fait d'appeler son fils Jordi, un prénom catalan donc interdit, ou encore de dédicacer une photo aux 113 membres de l'Assemblée de Catalogne emprisonnés dans les geôles fascistes font de Cruijff bien plus qu'un simple footballeur.
Une fin de carrière magique
En 1978, à 31 ans, Johan Cruijff décide d'arrêter sa carrière. Mais poursuivi par le fisc espagnol, il part aux États-Unis pour se refaire financièrement. Il va au New York Cosmos où il effectue un essai et joue deux matchs amicaux (aux côtés de Franz Beckenbauer, son ancien rival) avant de s'engager pour les Washington Diplomats puis pour les Los Angeles Aztecs. Cette deuxième carrière est cependant loin d'être pathétique comme cela peut arriver aux anciennes gloires du football. De retour en Europe en 1981, il se pose au Levante UD et reste cinq mois en D2 espagnole avant de revenir en décembre 1981 vers son club qui l'a vu grandir, l'Ajax Amsterdam. Dès le premier match de son retour, Cruijff marque, montrant qu'il n'est pas fini malgré ses 34 ans. Il remporte même le championnat des Pays-Bas et inscrit 14 buts. Mais en 1982, l'Ajax refuse de renouveler son contrat. Furieux, Cruijff s'engage alors avec le rival de l'Ajax, le Feyenoord Rotterdam avec qui il fait un doublé championnat-coupe des Pays-Bas en 1984. Encore très bon lors de sa fin de carrière, il range définitivement les crampons cette année-là. L'histoire retiendra qu'il avait marqué pour son dernier match de football, comme il avait fait pour son premier match, vingt ans plus tôt.


Avec la sélection nationale



Johan Cruijff honore sa première sélection le 17 octobre 1966 en inscrivant un but contre la Hongrie. Deux mois plus tard, il est le premier international néerlandais à recevoir un carton rouge et à être expulsé, lors d'un match contre la Tchécoslovaquie. Il sera suspendu un an par sa fédération. Cet épisode va le pousser à moins s'investir dans la sélection pendant quelques années. C'est surtout en 1974 que Cruijff va véritablement s'attacher à offrir aux Pays-Bas leur premier titre international. Capitaine d'une redoutable équipe, où il retrouve ses anciens coéquipiers de l'Ajax (Rep, Krol, Neeskens) et d'autres joueurs talentueux comme Robert Rensenbrink, Cruijff fait un véritable festival. Les Oranje, devenus pour la circonstance « Oranges mécaniques », écrasent leurs adversaires en appliquant le « football total » qui avait fait la gloire de l'Ajax Amsterdam. L'Argentine est laminée 4 à 0 (dont 2 buts de Cruijff) ; le Brésil est lui battu 2 à 0 (1 but de Cruijff). En finale, Cruijff se retrouve face à la RFA de Franz Beckenbauer. Les Pays-Bas en raison de leur parcours, sont largement favoris. Dès la première minute de jeu, Cruijff se rue à l'assaut des cages de Sepp Maier et est fauché par Berti Vogts dans la surface de réparation. Le penalty est transformé par Johan Neeskens. Menant 1 à 0, l'équipe des Pays-Bas va déjouer et perdre le contrôle du match. Cruijff, si flamboyant lors de la compétition, est totalement emprisonné par le défenseur Berti Vogts et énervé, récolte même un carton jaune. Les Allemands reviennent au score par Paul Breitner (sur penalty) et prennent l'avantage décisif par Gerd Müller. Battu 2 à 1, Johan Cruijff voit le Kaiser Franz Beckenbauer, soulever une Coupe du monde dont les Pays-Bas pensaient qu'elle ne leur échapperait pas. Cette finale perdue, dont l'échec ne peut être imputé au seul Cruijff, reste un point noir dans son palmarès. À la surprise générale, Johan Cruijff ne se retrouve finalement pas présent parmi les rangs de la sélection néerlandaise lors de cette Coupe du monde 1978. De 1978 à 2008, tout le monde pensait que la raison était par opposition à la dictature militaire en Argentine. Or, Cruijff a révélé, le 16 avril 2008, à la Catalunya Ràdio, que son absence était due à une agression à son domicile catalan, liée à à une tentative d'enlèvement :
  « J'ai eu un fusil pointé sur ma tête, j'ai été ligoté, ma femme a aussi été ligotée, et mes enfants étaient présents dans mon appartement de Barcelone. Il y a des moments où d'autres valeurs priment dans la vie. »
Les deux plus grands joueurs des années 1970, Cruijff et Beckenbauer n'auront plus l'occasion de s'affronter en Coupe du monde. Beckenbauer prend sa retraite internationale en 1977. Cruijff pour sa part, participe à la qualification pour la Coupe du monde de 1978 mais une fois qualifié, refuse de se rendre en Argentine où se déroule la compétition. Il invoque le refus de cautionner la dictature argentine, ainsi que des problèmes liés à sa sécurité. Malgré les pétitions de supporters et l'intervention de la reine Juliana, Cruijff mettra un terme à sa carrière internationale en 1977. Il compte 48 sélections pour 33 buts. Le maillot de Cruijff en sélection des Pays-Bas ne portait que deux bandes sur les manches et le short au lieu des trois bandes spécifiques de l'équipementier Adidas. Cruijff sous contrat avec Puma, avait fait valoir son droit de ne pas être associé à une marque concurrente à la sienne. Il avait donc exigé que son maillot ne compte que deux bandes afin qu'on ne puisse l'associer à Adidas, marque portée par le reste de l'équipe.

Cruijff l'entraîneur

En 1985, il entraîne l'Ajax avec qui il remporte la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupes en 1987. Il démissionne début janvier 1988, quelques jours avant le match retour de Supercoupe d'Europe contre Porto. Cinq mois plus tard, il rejoint le FC Barcelone, qu'il entraîne de 1988 à 1996 et avec qui il remporte quatre titres de champion, deux coupes du Roi, la coupe des clubs champions en 1992, une perdue en 1994, une coupe des coupes en 1989, une perdue en 1991. Depuis novembre 2009, il a repris du service en devenant le nouveau sélectionneur de la sélection catalane (Selecció Catalana de Futbol). Il inaugure sa nouvelle fonction le 22 décembre 2009, avec la rencontre amicale Catalogne - Argentine au Camp Nou, à Barcelone. Il quitte ce poste fin 2012. Il a toujours conservé le souci du beau jeu collectif, en particulier avec le FC Barcelone, dont il a été nommé, le 26 mars 2010, président d'honneur, titre qui le lie à vie au club catalan.

Palmarès (joueur)
    Championnat des Pays-Bas :
        Champion : 1965-66, 1966-67, 1967-68, 1969-70, 1971-72,
        1972-73, 1981-82 et 1982-83.
 Coupe des Pays-Bas  :
        Vainqueur : 1966-67, 1969-70, 1970-71, 1971-72 et 1982-83.
    Coupe des clubs champions:
        Vainqueur : 1970-71, 1971-72 et 1972-73.
    Coupe intercontinentale  :
        Vainqueur : 1972.
    Supercoupe d'Europe  :
        Vainqueur : 1973.
    Championnat d'Espagne :
        Champion : 1973-74.
    Coupe d'Espagne :
        Vainqueur : 1977-78.
    Championnat des Pays-Bas  :
        Champion : 1983-84.
    Coupe des Pays-Bas  :
        Vainqueur : 1983-84.

Carrière internationale

    Coupe du monde :
        Finaliste : 1974.

    Championnat d'Europe :
        Demi-finaliste : 1976.
Palmarès (entraîneur)
    Coupe des clubs champions (1) :
        Vainqueur : 1991-92.

    Coupe des coupes (1) :
        Vainqueur : 1988-89.

    Supercoupe d'Europe (1) :
        Vainqueur : 1992.
    Championnat d'Espagne (4) :
        Champion : 1990-91, 1991-92, 1992-93 et 1993-94.
    Coupe d'Espagne (1) :
        Vainqueur : 1989-90.
    Supercoupe d'Espagne (3) :
        Vainqueur : 1991, 1992 et 1994.
    Championnat des Pays-Bas (1) :
        Champion : 1984-85.
    Coupe des Pays-Bas (2) :
        Vainqueur : 1985-86 et 1986-87.
    Coupe des coupes (1) :
        Vainqueur : 1986-87.

Distinctions personnelles

    Élu 2e meilleur joueur mondial du siècle
    Élu Joueur en or de l'UEFA en 2004
    Ballon d'or : 1971, 1973 et 1974 (premier joueur à avoir remporté trois fois ce trophée).
    Nommé au FIFA 100 en 2004
    Prix Don Balón de meilleur joueur étranger du championnat d'Espagne : 1977 et 1978
    Prix Don Balón de Meilleur entraîneur de la Liga : 1991 et 1992
    Élu meilleur joueur néerlandais : 1967, 1968, 1969, 1971 et 1984
    Élu meilleur joueur d'Amérique du Nord : 1980 et 1981
    Meilleur buteur de la Coupe des clubs Champions : 1972 (5 buts) (Ajax Amsterdam).
    Meilleur buteur du championnat des Pays-Bas (2) : 1967 (33 buts) et 1972 (25 buts) (Ajax Amsterdam)
    711 matchs officiels joués et 404 buts marqués lors de sa carrière et avec 231 passes.

Commentaires

4-2
RCF07 / US Veore Montoison plus de 2 ans
RCF07 / US Veore Montoison : résumé du match plus de 2 ans
0-2
RCF07 / FC Chabeuil plus de 2 ans
RCF07 / FC Chabeuil : résumé du match plus de 2 ans
1-1
RCF07 / FLGG plus de 2 ans
RCF07 / FLGG et RCF07 / ROMANS : résumés des matchs plus de 2 ans
14-1
RCF07 / ROMANS plus de 2 ans
tour de cadrage coupe Gateaud et 2 sur 2 plus de 2 ans
RCF07 : nouveau joueur plus de 2 ans
RCF07 / ROMANS plus de 2 ans
0-5
RPTS / RCF07 plus de 2 ans
RPTS / RCF07 : résumé du match plus de 2 ans
vivien el nino martinez et Matthieu Bruxelles ont commenté Un départ en fanfare plus de 2 ans
Un départ en fanfare et 1ère journée : RCF07 reçoit Romans plus de 2 ans
19-0
RCF07 / ROMANS plus de 2 ans

CLASS BUTEURS/PASSEURS (CHAMPIONNAT)

BUTEURS :

Vivien Martinez 7 buts

Julien Odrat 6 buts

François Breton 4 buts

Nicolas lefèbvre 2 buts

Mathias Moya 3 buts

Mathieu Bruxelle 1 but

Anthony Exbrayat 1 but

Kevin Collas 1 but

Yassine Korba 1 but

Pierre Emanuel 1 but

Thomas Chave 1 but

Chris Roux 1 but

 

 

Passeurs:

Thomas Chave 7 passes

Vivien Martinez 4 passes

Nicolas Lefèbvre 3 passes

Julien Odrat 1 passe

Mathias Moya 1 passe

François Breton 1 passe

Fabien Becerra 1 passe

Mathieu Bruxelle 1 passe

Kevin Collas 2 passes

David Jaspart 1 passe

Yassine Korba 1 passe

Romain Roux 1 passe